Sophrologue

Avant de devenir sophrologue !

Cela faisait environ 12 années que je travaillais en tant qu’animateur et aide médico psychologique dans des centres pour personnes handicapées physiques et mentales, je m’étais rapproché de l’humain, de cette partie de nous-mêmes qui nous ressemble, nous unie et nous respecte.

En effet, en tant qu’Yves, AMP ou animateur, j’étais différent, comparable, meilleur ou pire. Il en était de même avec les personnes que je côtoyais. Mais au contact des personnes dites handicapées, les identités disparaissaient au profit de l’humain, de l’être dans ce qu’il représente de plus beau ,de plus pur et de plus juste. Pas de fioriture ni de mascarade.


Au plus près de l’humain, vous vous humanisez.


 

Je vivais le quotidien comme une personne privilégiée. J’apprenais à désapprendre et à reconnaître ce qu’il y a d’essentiel.

En 1999 je me dirigeais vers la sophrologie. Je décidais d’exercer ce métier, et donc de me former à cette partie de l’être la plus intime que l’on peut plus facilement approcher dans un état de paix intérieure.

La sophrologie m’aidait à respirer, à me détendre, à trouver un rythme régulier, calme et serein pour affronter la vie et m’adapter le cas échéant.

Avec la sophrologie, j’aidais tous ceux qui le souhaitaient à lâcher prise, à se tourner vers l’essentiel, à agir en parfaite cohérence avec le plus intime d’eux-mêmes.

En tant que sophrologue, je découvrais la vie intérieure de l’âme, cet espace sacré présent en tout être.


Je vivais le quotidien comme une personne privilégiée. J’apprenais à désapprendre et à reconnaître ce qu’il y a d’essentiel.


 

Je me passionnais plus particulièrement pour le rêve éveillé dirigé. Une méthode développée par Robert Désoille au début du XXe siècle. Je découvrais le monde de la symbolique, des archétypes et de la psyché.

C’est à la fin de l’année 1999 et début 2000 que je m’installais à Nice pour la première fois en tant que Sophrologue. J’y exerçais la relaxation, le rêve éveillé, la méditation et le Reiki. En effet, dans le même temps, je m’étais formé à cette technique de soin japonaise, qui par imposition des mains privilégie le calme, le retour à l’unité et l’harmonisation énergétique des corps (physique, émotionnel et spirituel). Devenu Maître enseignant Reiki, je continue à ce jour à le transmettre.

Au tout début de mon parcours, je cherchais à entrevoir l’âme, à comprendre son intention, à tenter de l’éveiller et de lui faire éprouver une parfaite cohésion avec le corps, même si celui-ci était éprouvé. Ensuite, je me suis heurté à d’autres phénomènes plus inconscients, comme inscrits dans les cellules.

Je me suis alors intéressé aux neurosciences, aux croyances limitantes, la PNL, l’analyse transactionnelle et bien d’autres techniques de développement personnel.