La communication non violente

Communication responsable

La communication responsable est une formation qui a pour but de responsabiliser chacun dans son interaction avec l’autre, quel qu’il soit !

En effet, l’autre peut-être une entité physique, comme :

  • Une personne
  • Un groupe
  • Ou soi-même

Communiquer signifie « faire savoir, partager ou transmettre ».

Identifier ce que l’on voudrait que l’autre sache, savoir l’exprimer de manière qu’il le comprenne.

Partager son ressenti, ses émotions, ses expériences (…), tout en s’assurant que c’est bien le désir de l’autre ou des autres.

Transmettre un savoir ou une compétence exige que le public à qui l’on s’adresse en éprouve le besoin, ou le nécessite conformément à sa fonction ou sa responsabilité.

En somme, c’est acquérir des compétences de transmission par la parole, mais aussi par la stratégie, le comportement et les attitudes volontairement choisies. En effet, nul n’ignore à présent que le langage du corps raconte autant de choses, sinon plus que la parole.

Comprendre les différents modes de communication dans le but d’apprendre à s’en servir à bon escient devient une attitude responsable.

Cette formation s’adresse à tout public.

Les modules inclus à la formation sont les suivants :

  • L’analyse transactionnelle et l’investigation des trois États du Moi
  • CNV ou communication non violente
  • Le langage Girafe
  • Le langage Chacal
  • Les Besoins
  • L’écoute active
  • Les quatre fondamentaux (O.S.B.D.)
  • L’expression de soi et la confiance en soi
  • Construction de la réalité

Les cinq jours de formation, regroupe plusieurs modules dont le plus important s’inscrit dans la pratique de la communication non violente d’après Marshall Rosenberg.

Qu’est-ce donc que la communication non violente ?

L’empathie doit se trouver à la source de la communication afin de la rendre vivante et créative, de telle façon que l’esprit des interlocuteurs s’ouvre à la conscience de soi et non à celle de l’identité. On pourrait comparer le soi au langage girafe et l’identité (le moi) au langage chacal.

Pour en savoir plus…

Marshall Rosenberg était l’élève de Carl Rogers, psychologue humaniste à l’origine de la méthode ACP ou plus précisément de l’approche centrée sur la personne. Gandhi est une autre figure influente qui a permis l’émergence de la communication non violente (CNV).

La violence serait à l’origine du manque de communication où « parler » prendrait la forme d’un monologue projeté à la face de son interlocuteur. Dans ce renvoi de parole où chacun cherche à avoir raison, le conflit s’installe laissant libre cours à la colère et à la violence. S’il est plus facile de se positionner en victime et de juger l’autre, il est moins évident de savoir exprimer ses besoins et ses sentiments de manière authentique. Le manque d’apprentissage dans ce domaine est flagrant. Que ce soit à l’école, en famille, dans les médias, la politique ou autre, tout le monde parle, mais peu communiquent.

Le postulat de la communication non violente consiste à affirmer que l’être humain est capable d’empathie, de bienveillance, d’amour pour son prochain, de partage et de tolérance. Il ne manque plus que l’apprentissage. C’est à chacun qu’il appartient d’apprendre, de préférer la paix et de la construire, plutôt que d’avoir raison et de promouvoir le conflit. Les entreprises de demain ont un défi à relever, trouver un langage où la communication est le maître.

Marshall Rosenberg invente la communication au travers d'une symbolique qu'il nomme le langage Girafe et le langage Chacal.